Mariage gay : coup de gueule du SNEG

L'actu du CHRD — 25 avril 2013

Mariage pour tousCoup de gueule du SNEG, contre les propos haineux et les dérives homophobes consécutifs au débat autour du mariage gay civil et de l’égalité des droits.

Le SNEG s’indigne et condamne avec la plus grande fermeté tous les actes et propos incitatifs au mépris et à la haine des personnes LGBT. S’il entend respecter les divergences indispensables a la construction consensuelle d’un projet de société visant l’égalité des droits, il se doit de réagir a la tournure consternante que prennent les événements.

Le débat citoyen est souhaitable et indispensable au respect des principes républicains. Chacun est en  droit d’exprimer sa position pour éclairer le législateur sur un tel enjeu de société. Seulement, nous assistons depuis plusieurs mois à une dégradation dangereuse et inquiétante des prises de  paroles de certains acteurs publiques. D’aucuns, sous prétexte d’être contre les textes de lois pourtant soumis démocratiquement au suffrage des élus, n’hésitent pas pour mobiliser une minorité extrémiste, à tenir des propos non plus contre le projet de loi, ce qui en théorie serait respectable, mais contre les populations LGBT et leur dignité. L’irresponsabilité de certaines interventions publiques, sous couvert de participation légitime au débat, libère des propos et des réactions profondément discriminatoires et blessantes. La radicalisation et la banalisation de ces comportements descendent aujourd’hui dans la rue et autorise une minorité à procéder à des invectives et des actes d’une intolérable violence.

Notre communauté a combattu des années durant contre l’homophobie et pour une assimilation apaisée de notre différence. Elle pensait lors de ces débats aboutir enfin à une acceptation majoritaire et consensuelle. Elle se heurte et subit, tout à l’inverse de ce qu’elle était en droit d’attendre, au spectacle affligeant de haines orchestrées  et préméditées par une poignée de personnes à des fins de médiatisation et de polémique destructrice.

Dans le climat anxiogène intense de crise économique, financière, politique, sociale que nous traversons, il est facile et tentant pour certains d’exploiter le désarroi, d’esprits fragiles

en créant amalgames et confusions, afin de les dresser contre le reste de la population et donner une       tournure caricaturale et polémique au débat.

L’instrumentalisation politique et religieuse cherchant à réveiller ou activer des préjugés homophobes fondés sur de vielles peurs ancestrales que nous pensions définitivement appartenir au passé engendre la banalisation de positions publiques intolérables.

La population LGBT correspond a une infinie déclinaison de sensibilités politique et confessionnelle. Au-delà de ses particularités sexuelles communes, elle se comporte et pense  comme tout citoyen. A l’image de la population dans son entier, les LGBT sont eux-mêmes d’avis différents sur les questions du mariage ou de l’union civile renforcée. Mais tous se rejoignant sur un même principe : l’égalité des droit. Ils s’en remettent a la sagesse populaire pour tendre à cette égalité des droits sans que cela soit préjudiciable à la cohésion et à l’harmonie sociale indispensable au vivre ensemble.

Après que treize pays aient adopté le mariage civil sans engendrer le moindre déséquilibre social, la France, pays des Droits de l’Homme, s’apprêtait a rattraper son retard dans un climat serein et apaisé. La stupeur  et le dépit sont d’autant plus cruels ! Le spectacle des dérapages de ces dernières semaines témoigne de l’infinie fragilité de la  reconnaissance de nos droit et exigent une solidarité sans faille présente et à venir contre toutes les formes de discriminations.

La consternation est d’autant plus grande que l’ensemble du tissu associatif ayant porté et accompagné ce projet de loi, a depuis le début des débats maintenu une posture pondérée et ouverte au dialogue. Sans jamais céder a la provocation ou aux radicalités, il a systématiquement priorisé une adhésion pédagogique et responsable à ses revendications.

Nous ne pouvions que nous attendre à une succession d’agressions et de faits de violence alarmants, dont celle à l’encontre d’un bar gay de Lille, de ses exploitants, personnels et clientèles.

Nous souhaitons leur apporter tout notre soutien et notre solidarité, ainsi qu’a toutes les victimes faisant ces derniers semaines les frais du passage des propos à l’acte homophobe.

Nous appelons l’ensemble de la classe politique, les représentants religieux et les plus ou moins légitimes leaders d’opinion publique, à prendre toute  la mesure de ce que leur prises de parole peuvent déclencher et induire dans la rue .De même, en attendant l’avis de Conseil Constitutionnel, nous demandons que les propos de chaque intervenant opposé au texte soit accompagnés d’une condamnation de l’homophobie et de toute forme de violence portant atteinte a la paix sociale.

Sans céder à la psychose ou à la panique, nous demandons à l’ensemble de nos adhérents de faire preuve de vigilance pour eux-mêmes, de sensibiliser et sécuriser leurs clientèles et de relayer toute situation d’homophobie avérée à leurs autorités de tutelle.